Barbie ou Batman?

Publié le 15 Mars 2014

Ah, la maternité ! On se berce d’illusions de grandeurs, on se fait des promesses éducatives et l’on se dit avec grand enthousiasme qu’on prendra bien soin de respecter les rythmes de notre enfant, qu’on jouera le plus possible avec lui pour éveiller son sens de l’observation, de la déduction, qu’on discutera de la vie avec lui, aussi… tout ça, c’est quand, pendant neuf mois, on élabore un plan de carrière pour notre futur rejeton, faisant déjà porter sur ses frêles épaules tout le poids de nos ambitions maternelles.

C’est comme ça qu’avec mon cher et tendre, nous nous étions mis en tête de ne pas laisser nos deux garçons tomber dans le panneau de la sexualisation des jouets, obligeant les petites filles à faire le ménage avec un mini-balai, à changer leur poupée qui fait pipi comme une fontaine ou à vêtir leur Barbie avec des robes de traînée et faisant croire aux petits garçons que le mâle se doit de bricoler, de posséder une belle voiture rouge et de combattre, tout cela induit par des jouets de grande qualité intellectuelle tel que GI Joe ou les LEGO Chima.

Barbie ou Batman?

Donc, tentant de rester fidèles à nos envies de non-discrimination sexuelle, nous avons offert à nos enfants une poupée et une dinette parallèlement aux jeux de construction ou aux circuits de voitures.

Mais ça c’était avant… Avant l’influence non négligeable de l’école et du nombre grandissant des petits copains rencontrés sur les bancs de la récré, avant les mercredis après-midis passés chez Paco et sa merveilleuse salle de jeux de vrai petit boy, avant les cadeaux des papis et mamies dont certains trouvaient nos lubies un peu folles.

Maintenant, mes deux crapouilles ont toute la panoplie : déguisements de pirates avec sabre à la ceinture, arc et flèches à ventouse, vaisseau Star Wars avec sabre laser assorti et même, comble de l’horreur, un Nerf. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une sorte de fusil mitrailleur qui envoie des balles en mousse, le nôtre poussant le luxe jusqu’à être muni de piles pour que l’éjection soit automatique…du grand art dans la sauvagerie enfantine.

Bref, je suis une mère faible…

Et pour parfaire mon image de mère imparfaite, j’ai ajouté au bout des balles en mousse des petits bouts de Velcro et fabriqué une cible en feutrine, donnant ainsi l’impression à mes tireurs d’élite d’être les Robin des Bois du salon.

Barbie ou Batman?
Barbie ou Batman?

J’ai même poussé le vice jusqu’à leur faire des épées en origami (et pour les plieurs en herbe, le tutoriel est ici), peut-être pour justifier, ma passion futile pour l’art du pliage…

Barbie ou Batman?

J’espère en tout cas, qu’ils ne penseront pas, plus tard, que l’aspirateur n’est réservé qu’aux femmes ni que force et courage sont l’apanage des seuls hommes…tout cela à cause de leur mère qui n’a pas su résister au chant des sirènes du marketing !

Rédigé par Marianne Mamagalo

Publié dans #La famille - les enfants

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article