Festa junina!

Publié le 6 Juin 2012

Le week end dernier, nous avons assisté à la « festa junina », littéralement, la fête de juin. Cette fête était à l’origine, la fête du solstice d’hiver ou la fête de la Saint Jean et a dérivé en fête en l’honneur de la culture populaire : musiques, danses et costumes traditionnels de la campagne.

Notre école, donc, s’était parée de ses plus beaux fanions multicolores, accrochés aux plafonds de tous les préaux, couloirs ou passages couverts (ici, comme il peut pleuvoir à torrents, de nombreuses allées sont abritées !). Le préau avait été couvert de tables et de nombreux points de restauration installés. Laurent (décidément, toujours au foot !) n’étant pas là, je me rendais donc seule avec mes deux petits cow-boys, déguisés pour l’occasion, à cet évènement tant attendu par tous les brésiliens.

preau.jpg

En passant l’entrée principale de l’école, une marée humaine nous enveloppa, nous faisant comprendre l’importance de ce moment, que je croyais, au départ, être une simple kermesse d'école, pour permettre aux parents de venir admirer béatement leur progéniture effectuer quelques pas de danse. En réalité, ce sont des centaines d’ados, de jeunes enfants et même de parents qui se retrouvaient là, travestis en paysans à chapeau-chemise à carreaux-jean ou en campagnarde avec robe à froufrous et fleurs, pour manger des pommes d’amour, toutes sortes de beignets ou jouer à la pêche aux canards, au chamboule-tout ou encore danser sur des rythmes d’accordéon ou de triangle.

J’ai donc assisté au premier spectacle brésilien de mes enfants…Ce sont les groupes des plus petits qui ont ouvert le bal, en se mettant bien alignés, ribambelle de petits garçons en bottes, chapeau de paille ou de cow-boy et de petites filles toutes enrubannées : une merveille ! Et c’est aux premières notes de musique que le spectacle débuta : un premier paysan essaya de s’échapper de la piste de danse, un autre se mit à pleurer et ne quitta pas ses larmes tant que dura le spectacle (bras ballants, ses moustaches dessinées avec le khôl de maman dégoulinant piteusement sur ses lèvres humides de larmes et ses bottes en caoutchouc trop grandes, lui donnant un air encore plus misérable), une dernière, enfin, n’eut de cesse de pousser le professeur qui, emporté par son désir de faire danser tous ses petits élèves, tenait la petite statue par le bras, lui imposant des mouvement forcés…un régal. Puis c’est au tour de Gaspard, qui commença par rester immobile, puis voyant ses copains s’agiter, il esquissa quelques pas de danse, regardant toujours en arrière pour copier sur les autres et éviter de croiser le regard de tous les spectateurs ébahis de tant de grâce. Matias a été parfaitement dans le rythme, prenant son rôle de souffleur de corne très au sérieux.

Même les lycéens firent une farandole : les jeunes filles ressemblant, à cet âge, plus à des courtisanes légèrement vêtues, qu’à des paysannes aux bottes crottées.

En tout cas, on s’est bien amusé et j’y reviendrai l’an prochain avec mon déguisement, cette fois !

danseurs.jpg

Rédigé par mamagalo

Publié dans #Brésil

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

LPDC 25/06/2012 19:43


Toujours aussi beau ton texte et aussi les photos très colorées : bravo, vous avez bien choisi : un pays qui semble joyeux, coloré, vivant. On se demande si dans ce beau pays, on travaille, on
est quelquefois triste : non, non et non ! Soyez-y bien. Bravo !

capel 11/06/2012 18:23


les manifestations de la kermesse bien réussi.


GROS BISOUS