Les uns et les autres.

Publié le 15 Décembre 2012

Ecouteurs dans les oreilles, tee-shirt des Ramones et cheveux en bataille, le garçon que j’ai croisé hier, dans la rue, faisait un solo de ‘air guitar’ qui lui donnait l’air d’appartenir à un groupe de Metal, sans chanteur, sans public et surtout sans instrument…

J’aime observer les gens dans la rue et me demander quel est leur quotidien, où ils vont ainsi et quelle est leur vie intérieure : outre les jeunes musiciens en herbe, il y a aussi ceux qui se parlent à eux-mêmes, parce qu’ils se répètent des phrases qu’ils ont dites ou qu’ils auraient dû prononcer, si seulement ils en avaient eu le courage… Il y a ceux qui discutent vraiment, avec un ami imaginaire qui a l’avantage d’avoir l’oreille la plus attentive possible. Il y a même les personnes qui rient en repensant à un moment heureux, à la blague d’un collègue ou à une situation ridicule qu’ils ont vécue peu de temps avant.

Chaque matin, nous croisons sur le chemin pour aller au travail, deux hommes : l’un attend, tous les jours, près de sa voiture. Costume, gomina, cigarette : il fait les cent pas en espérant que ses enfants sortiront vite de l’appartement maternel, pour qu’il ne soit pas trop en retard au travail, ce matin. Tout d’abord, on s’était dit qu’il avait un air d’agent secret, inventant avec Matias et Gaspard toutes sortes d’histoires autour de ses journées d’espion. Et puis, on a aperçu sa femme en robe de chambre, amener ses enfants jusqu’au portail. Et là, on s’imagine bien d’autres choses : mariage, amour, naissances, puis séparation, divorce, deux appartements, deux Noël et deux nouvelles familles qui se construisent chacune dans leur coin.

Sur notre route, passe aussi « l’homme qui court » : c’est un petit homme au pantalon en velour  trop large, à la chemise bon marché et à la calvitie née depuis déjà longtemps,  recouverte par une très longue mèche de cheveux encore bruns. Et cet homme, tous les jours, court à petits pas sautillants, sur le trottoir, et sa mèche se fait la malle, sa belle mèche peignée avec soin chaque matin devant le miroir. Est-il possible que notre coureur soit un éternel retardataire ? Notre lapin blanc d’Alice au pays des merveilles…

Tous ces musiciens qui n’ont jamais fait de solfège, ces bavards qui ne parlent à personne et ces gens pressés qui vont à grandes enjambées vers où nul ne les attend, me donnent envie d’aller à leur encontre et d’en savoir plus. Ils ne me ressemblent pas, ils ne ressemblent à aucun de mes amis et pourtant, je croise un petit morceau de leur vie chaque jour...

 

Allez, rien que pour le plaisir de voir à quoi s'occupent les autres gens et pour ceux qui ne savent pas ce que c'est : une petite démo de 'air guitar', faite par le double champion du monde, Gunther Love (cocorico, c'est un français!)...

 

Rédigé par mamagalo

Publié dans #C'est la vie!

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Go 12/01/2013 13:40


J'aime et apprécie votre manière de décrire le monde comme vous l'obsérvez. Je souffre aussi d'une curiosité de savoir plus des gens que je rencontre soit les extravagants eoit les timides.

mamagalo 26/01/2013 15:38



Merci beaucoup pour ce joli compliment! Je vais, de ce pas, moi aussi aller visiter votre blog...



Loucastanol 17/12/2012 10:15


Les uns et les autres : un groupe fort, déjanté, où tous les acteurs semblent un peu fous. On change de monde. J'ai beaucoup aimé.

sandy 16/12/2012 17:56


Je viens de voyager dans ton quotidien et celui de tout un chacun en quelques minutes et j'ai presqu'eu l'impression que je lisais la première page d'un roman prometteur. Ce petit bonhomme et sa
mèche a pris vie en quelques fractions de secondes!! Tu as un vrai talent de conteuse Marianne, un jour il faudra en faire autre chose que couvrir des pages de blog!! Moi j'achète!! A très vite
maintenant autour d'une coupette de champagne et d'une tartinette de foie gras et ça c'est la meilleure partie de l'histoire de notre quotidien!!

mamagalo 16/12/2012 18:51



Je sens le foie gras tellement on se rapproche de la date de notre départ!


Au fait, le père Noël a déjà déposé une cuica au fond de ma valise!!