Vénus beauté

Publié le 7 Septembre 2011

Aujourd’hui, j’ai vécu ma première vraie expérience de brésilienne : l’épilation…

Une sorte d’opération de déforestation massive !

J’arrive donc au « salao da beleza », tant prisé des brésiliennes : c’est un très grand institut au milieu d’un ‘shopping’ (un de ces géants centres commerciaux à l’américaine), où tout est prévu pour le bien-être de ces messieurs-dames. On peut se faire manucurer, pédicurer, couper les cheveux, épiler, en bref, tout ce qui permet d’améliorer l’apparence, de nous rendre plus beaux, plus heureux, plus séduisants : c’est l’endroit  incontournable où chaque jeune fille, chaque mamie, chaque monsieur respectable ou non a ses entrées.

Me voilà donc, devant le guichet d’entrée de ce sanctuaire. Là, une charmante dame me demande pourquoi je viens : « Une épilation, lui dis-je doucement dans mon portugais de débutante. ». La demoiselle brandit alors son microphone et annonce à toute l’assemblée des clients et des employés : « Oyé ! Marina para uma depilaçao ! », elle me donne un ticket et me dit d’aller attendre plus loin… Me voilà, honteuse, traversant tout l’institut, mon ticket de depilaçao à la main avec l’impression que tout le monde me regarde. Je vais attendre Marina, en espérant qu’elle arrivera vite !

La voici. Elle me fait entrer dans la cabine (me voilà rassurée, on aura quand même un peu d’intimité : les femmes, ici, se font quand même épiler les sourcils dans des stands au beau milieu des allées centrales des shoppings !). Je dis à l’esthéticienne que je suis française, que je voudrais donc me faire épiler la ‘virilia’ (c’est drôle, ce mot qui sert à désigner une partie typiquement féminine et qui porte un nom plutôt masculin !) à la française, c’est-à-dire, pas très échancré, le maillot (c’est une collègue qui m’avait conseillé de dire ça !)… C’est bon, Marina a l’air d’avoir compris.

Elle me demande tout de même d’enlever ma culotte (bizarre, mais je m’exécute). Et voilà Marina, qui s’agite, sort toutes ses cires, son talc, ses huiles et autres bandes dépilatoires… et qui me transforme, sans que j’ai le temps de m’exclamer ou de protester (« Ce n’est pas la peine de m’épiler là. Ici aussi, vous êtes sûre ? ») en strip-teaseuse…

Je comprends maintenant mieux comment les brésiliennes arrivent à porter de si petits bikinis !!

cire.jpg

Rédigé par mamagalo

Publié dans #Bricoles et trucs de fille

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

ivan 23/09/2011 18:41


quelques phots peut etre???


david 18/09/2011 08:04


coucou de Capbreton, je passe juste pour vous demander l'adresse mail de LOL, (je voudrais lui causer de plinchaoil), Isa et les droles se joignent à moi pour vous embrasser.


YOLANDA 15/09/2011 21:55


Bonsoir depuis la France!

Je pense que Laurent doit être super content avec cette déforestation ! ji ji ji...
Biz à tous le quatre


sophie 14/09/2011 23:36


Toi tu t'es gourée de pièce jointe!!!


marie-laure 12/09/2011 11:08


pas d'autres photos Marianne ?


dauvergne christa 09/09/2011 19:33


ça a l'air horrible la beautée à la bresilienne et encore ça j'imagine que c'est soft pour les filles de la bas ....courage Marianne


pavanetto mag 07/09/2011 22:29


Marina a l'oeil elle! et a estimé que tu en avais bien besoin de te faire épiler façon portos!.... c'est lolo qui doit être content !! mamatilo