Vénus beauté, suite...

Publié le 4 Février 2012

- Dans la famille Bean, je voudrais la mère.

- Je l’ai !

Misses Bean a des rêves de bourgeoise : pour ses vacances à Pipa (qui, à ce qu’en disent les dépliants touristiques, est le Saint Tropez brésilien), un hôtel Spa Resort (je n’ai toujours pas compris ce que ça voulait dire, mais ça fait chic), avec massages à la clé.

A Saint Trop’, se font concurrence des yachts de plus en plus gros ; dans les rues, des hommes en chaussures bateau, avec des bermudas au-dessus du genou au pli impeccablement bien marqué au milieu de la cuisse et portant un Lacoste du dernier cri, côtoient des beaufs qui rêvent qu’une star les interpelle depuis le pont de son yacht.

A Pipa, finalement, point de Saint Trop’ : dans les rues se baladent des radasses au short hyper short et aux cheveux mal coiffés, des touristes arborant leur nouveau tee-shirt « I love Pipa » (en français : j’aime la pipe !!) et des brésiliens attendant le pigeon.

Le pigeon, ce fut donc moi, pauvre misses Bean, pensant débarquer dans le luxe d’un grand hôtel, qui, n’avait de luxe que le prix, mais qui avait l’avantage d’offrir quotidiennement un massage à ses chers clients : relaxation obligatoire.

Les deux premiers massages de ma vie furent assez agréables : une jeune femme aux mains douces et huilées m’a massé le dos, les bras et les mains pendant près d’une demi-heure. C’était un moment détendant, mais pas de quoi s’en réveiller la nuit !

Je convaincs Laurent d’aller quand même essayer. Il revient au bout des 30 minutes et va s’effondrer dans le hamac : « Il m’a défoncé le dos, il y a même mis le coude ! ».

Aïe ! Je passe juste après lui.

Cette fois-ci, un gros monsieur barbu me reçoit et me dit de m’installer. Il commence son massage en me pétrissant le haut du dos de ses pouces, enfonçant ceux-ci dans ma chair, en espérant certainement pouvoir masser,  par la même occasion, mes poumons qui ne pouvaient plus, à ce moment-là, inspirer d’air. Je me dis, confiante : « C’est round d’échauffement, il commence fort pour que je perçoive mieux ses caresse ensuite ! ». Malheureusement, la demi-heure continue comme cela : depuis le labourage de mes épaules jusqu’au malaxage puissant des muscles de mon dos (qui, je le craignais alors, me rendrait certainement paralysée à vie !), en passant par ce qui semblait être un prise ancestrale de Kung Fu…j’attendais maintenant avec impatience le coup du coude planté dans le dos.

J’oscillais, pendant cette séance interminable entre l’envie de laisser aller mon fou rire naissant et celle  de sauter de la table de massage et de partir en courant, prétextant que j’avais un rendez-vous important que j’avais oublié en cette fin d’après-midi de vacances. Pour penser à autre chose que ma douleur, j’essayais de m’imaginer dans quelle position humiliante devait me percevoir le masseur dont, moi, je ne voyais que les pieds poilus : couchée sur le ventre, le soutien-gorge dégrafé pendouillant sur les côtés, la tête rentrée dans cet espèce d’appui-tête troué, espérant que mon nez ne dépasse pas trop de cette cavité (quelles pensées stupides on peut parfois avoir lorsqu’on est en proie au stress !).

 

J’ai quand même dit merci en partant…massage.jpg

Rédigé par mamagalo

Publié dans #Bricoles et trucs de fille

Repost 0
Commenter cet article

Anne Laure 21/04/2012 17:46

tu as vraiment un humour épatant ! j'ai beaucoup ri en te lisant. Cela faisait un bail que je n'étais pas venue visiter ton blog, et c'est vraiment sympa. Au passage, j'ai piqué la date de
naissance de ton cher frère, il avait refusé de me la donner, si pudique !
Vous avez l'air de bien profiter du dépaysement, vous aurez de beaux souvenirs... et aussi des moins beaux, voire douloureux (cf massages...).
On vous embrasse, nous sommes sous la grisaille de Toulouse, chauffage en panne de surcroit !
Anne Laure et pierre Arnaud

mamagalo 23/04/2012 21:26



ça fait plaisir aussi de savoir qu'on est un peu connectés, par le biais du blog, avec plein de toulousains!


La grisaille va finir par partir chez vous, alors que nous, on entre dans l'automne...ça n'est pas prêt de s'arranger!



sandye 18/02/2012 21:37

MAis où se cachait Phoebe?? Et laulau il a dit merci lui?

Bimbo 17/02/2012 19:12

Ca me rappelle aussi quelque chose, en chine mais surtout ... à Istanbul, dans un hammam 100% HOOOOOMMMMEE ; mon masseur (2m, 150kg) répôndait au doux prénom de Mansour et me susurrer dans
l'oreille "You like massage? Mansour, ... Good massage" danbs le but d'avoir un pourboire à la sortie.
Sauf que moi, à poil, et entouré d'une mini-serviette de toilette, bein j'ai pas vraiment trouvé "Good massage"!
;o)
Le bisous
Mathieu

karine 17/02/2012 10:02

Hum ... ça me rappelle un épisode vécu à Bali sauf que moi c'était une petite nénette d'1m50 et 38 kg ... incroyable la puissance de ce bout de femme, je suis de tout coeur avec toi ma belette !
Kari