Des mains de Star

Publié le 3 Août 2012

En grande onychophage que je suis, je n’ai jamais trop été préoccupée par la beauté de mes mains…rien à faire qu’à déplorer l’état de délabrement avancé de mes bouts de doigts.

Jusqu’au jour béni (ou pas !), où, grisée par le climat de détente de nos vacances au Guatemala, j’osai engloutir une belle glace maison ou un jus de fruits frais…me contraignant ainsi à garder le lit 2 jours, clouée que j’étais par une belle turista (qui ma foi, porte bien son nom, car les locaux, eux, ne se nourrissant que de frijoles ou de tortilla de maïs, n’en sont jamais atteint !). Plus rien, donc, ne pouvait entrer dans ma bouche, sans qu’il me vienne un profond dégoût (et toute une suite d’actions que je vous laisse imaginer…). 3 jours, donc, sans me ronger les ongles, ni les peaux, les cuticules ou les phalanges !

J’étais ainsi dotée de bouts de doigts assez longs et solides pour pouvoir (ENFIN !) me gratter seule, défaire des nœuds sans l’aide de mes dents, ou même (luxe suprême) me curer le nez (je vous entends faire les dégoûtés !!).

De retour au Brésil et galvanisée par tant de nouveautés, je décidai de préserver ce capital en me rendant chez la manucure, me faire faire une petite beauté digitale. Le Brésil étant le pays du salon de beauté, je n’eus pas de difficulté à trouver l’artiste qui allait peindre avec talent mes ongles souffreteux.

Après un long moment de tortures diverses (raclage, limage, « décuticulage » et autres découpages de peaux plus ou moins mortes), arriva celui du vernissage. Comme toutes les autres filles, je pouvais enfin choisir ma couleur (celle qui montrait que j’étais funky-girly-tendance).

Et là…tout bascule !

La dame, jusque là très aimable, se transforma en psycho maniaque du vernis, adoptant la technique du « j’étale-ça-comme-une-grosse-cochonne », technique que, personnellement, je maîtrise parfaitement, m’étalant du vernis non seulement sur l’ongle, mais aussi tout autour, sur la peau.

« Tiens donc !?, m’insurgeais-je mentalement. Est-ce donc parce que j’ai les doigts tout boudinés, qu’elle croit que je ne sais pas que le vernis se porte sur l’ongle ?!! ».

Quelques minutes après, j’étais bien rassurée en la voyant approcher avec un coton imbibé de dissolvant pour m’enlever le surplus et j’étais aussi, finalement, bien heureuse du résultat !

vernis-a-ongles.jpg

Une dernière chose, pourtant, me taraude l’esprit : comment fait-on pour garder, après avoir fait deux fois la vaisselle, une bagarre avec les enfants et un épluchage de patates, les ongles impeccables, sans rayures ni accrocs sur le vernis ?

Rédigé par mamagalo

Publié dans #Bricoles et trucs de fille

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

mon-nid 03/08/2012 23:19


Si tu trouves la réponse à ta question, n'hésite pas à partager aux copines ;-) !

mamagalo 07/08/2012 17:51



Je cherche encore...